mardi 27 janvier 2015

Le Musée des Confluences de Lyon

Après de nombreuses polémiques, coût exorbitant, esthétique discutable, délais dépassés ... il est temps de rendre justice au Musée des Confluences, enfin opérationnel.
L'intérieur d'abord. Le bâtiment, gros vaisseau spatial posé sur l'extrême pointe de la presqu'île, s'efface dès l'entrée pour laisser place à une vue magnifique sur les deux fleuves, Rhône et Saône. Plus on s'élève, en pleine lumière, dans la structure d'acier et de verre, jusqu'à la terrasse sommitale, plus le panorama sur la ville est éblouissant. Un bon point pour le cabinet d'architecture autrichien Coop Himmelblau.

La collection permanente au deuxième étage est superbe. Comme au Muséum d'histoire naturelle de Paris, elle présente, dans une grande galerie de l'évolution, les êtres vivants depuis les origines. La scénographie est spectaculaire, révélant la beauté des couleurs, des graphismes, des formes qu'offre la nature. Collections de papillons multicolores, coléoptères élégants, coquillages-bijoux et poissons rarissimes. Squelettes de dinosaure ou de mammouth, animaux sauvages, girafe, ours brun ou lion, présentés en chair et en os, grandeur nature, prouesses bluffantes des taxidermistes. Une initiation aux sciences naturelles, paléontologie, minéralogie, entomologie, anthropologie, zoologie. Mais surtout un émerveillement immédiat et total, les visiteurs retrouvent leurs yeux d'enfant.

Une exposition temporaire rend hommage à Emile Guimet (1836 - 1918), industriel lyonnais, voyageur infatigable, collectionneur d’œuvres d'art et mécène. Après avoir fondé un premier musée à Lyon, en 1879, il a créé le fameux musée Guimet à Paris, pour exposer ses trésors d'Extrême-Orient. Les pièces proposées au Musée des Confluences donnent un bel aperçu de sa quête de défenseur des civilisations perdues : Statuettes, calligraphies, armes, objets de culte, vases précieux, égyptiens, khmers, japonais ou chinois. Une fabuleuse découverte de l'art asiatique.

Le Musée des Confluences, depuis son ouverture le 20 décembre, connaît un beau succès. La richesse des collections présentées stupéfie la foule considérable de visiteurs, bien au-delà des prévisions. Reste encore quelques aménagements à mettre en place : brasserie gastronomique, spectacles ou ateliers. Impossible de rater ce mastodonte de béton posé au milieu des docks au sud de Lyon, entre Rhône et Saône. Son accès est facile, une passerelle aérienne a été construite exprès pour relier Gerland au nouveau quartier Confluence. N'attendez pas pour le découvrir, courez-y en famille !

Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 19h, week-end de 10h à 19h.
Entrée adulte plein tarif 9€, réduit 5€, moins de 18 ans gratuit.

Article publié dans le JTT du jeudi 29 janvier 2015.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire