samedi 20 août 2016

Art contemporain : Ghyslain Bertholon au Château de Tournon

Dans notre société où l'image est accessible à tous et partout, l'art contemporain cultive sa différence. Il expose l'illustration d'un concept, d'une idée, d'un cheminement. Le problème qui se pose au grand public, c'est comment le décrypter. Il faut donc saluer l'initiative du Château-Musée de Tournon, qui propose chaque semaine des visites guidées pour découvrir l’œuvre de Ghyslain Bertholon. Ce jeune artiste d'origine lyonnaise est déjà reconnu dans le monde de l'art, puisqu'il a exposé à New York. D'où le titre bilingue de son exposition : You're innocent when you dream, traduit de façon ambiguë par : Le retour de la revanche.

Ghyslain Bertholon est engagé politiquement, opposé à tout ce qui est mortifère, la chasse, les trophées, les élevages en batterie, la guerre ... Partant de références artistiques classiques, il prend donc le contre pied des représentations habituelles. Ainsi, dans la première salle, en guise de trophées sont exposés des postérieurs d'animaux. Le message  est clair : c'est l'envers du décor, la ridiculisation des habituels trophées de chasse qui ornent les châteaux. D'ailleurs, il les intitule : les trochés de face ! Mais attention, les animaux naturalisés, zèbre, renard, sarcelles, lapin, walibi, souris ou vache, sont tous morts de leur belle mort. C'est après que l'artiste travaille leur dépouille avec un taxidermiste. Le résultat, étrange, ne manque pas de cul(ot) !
Le cerf emporté, empêtré par ses bois, superbe installation dans la deuxième salle, est une allégorie de l'homme victime de son orgueil. Un hallali qui réserve cependant une petite note optimiste, les bois resurgissent plus loin, sous une autre forme, en forêt magique.
Dans la tour du château, les installations critiquent plus directement la guerre. Les crânes, les mouches, les animaux figés, le temps arrêté sont des motifs récurrents de l'artiste. Mais partout, une touche de douceur ou d'humour atténue la violence.

La vie est courte, fragile, alors profitons-en au maximum, vivons ! C'est l'ultime message de Ghyslain Bertholon sur la terrasse du Château : un immense cœur anatomique en résine blanche, qui ne demande qu'à battre à l'unisson avec la beauté de la nature environnante.

Exposition au Château-Musée de Tournon, jusqu'au 11 octobre.

Article publié dans le JTT du jeudi 18 août.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire