dimanche 22 septembre 2013

Collectionnite aigüe

Il existe à Gréoux, un petit musée privé, consacré aux jouets anciens, ouvert trois après-midis par semaine. De quoi exciter la curiosité, malgré une certaine méfiance devant les 7,50 € réclamés à l'entrée. La maison est typiquement provençale, haute, tuiles romaines, murs mitoyens, volets de bois peints en bleu. A l'intérieur, jolis carrelages fleuris des années cinquante, balustres de fer forgé. Mais il est difficile de s'y mouvoir : du sol au plafond, sur deux étages et une dizaine de pièces, pas un espace nu ! Une accumulation compacte de vitrines, poupées, clowns, ours en peluche, jouets, miniatures. On se sent étouffé, sans savoir où donner de la tête, c'est trop, c'est kitsch...

Et puis arrive l'employé, un homme empressé, volubile. C'est lui qui a tout installé, les vitrines, les décors, les tapisseries, l'électricité dans les différentes maisons de poupées. Il nous fait remarquer la vaisselle de Moustiers, le mobilier d'époque, les costumes, les dentelles à la main... et la mise en scène. Détaille la collection de vélos miniatures, du grand bi au tandem, les voitures de pompiers, les trains électriques, les bateaux, les santons, les poupées régionales et internationales. On commence à se repérer dans l'immense fouillis.

Quand la propriétaire nous rejoint, c'est le grand jeu. Elle raconte l'histoire de sa collection, les achats effectués depuis plus de cinquante ans en salle des ventes, partout dans le monde, les dons d'autres collectionneurs, les legs après décès, les recherches dans les brocantes, et même à la décharge. Les coups de coeur, les rencontres, la concurrence. Le travail de restauration, de mise en valeur, le souci de la reconstitution historique. Le vertige de la collection.

Derrière l'énumération d'anecdotes, toute son histoire se profile. Femme de diplomate, elle a vécu dans 17 pays, rapporté des pièces uniques de ses voyages, landau indien, poupée navajo, objets rituels... Et installé enfin son immense collection dans sa maison de Gréoux. Poupées de porcelaine, de chiffon, de papier mâché, automates, mannequins habillés par de grands couturiers, Bella, Gégé, Barbie... Pièces anciennes, rares et chères, et poupées de pacotille cohabitent dans un décor de manèges enchantés, de vaisselle de lutins, de chefs d’œuvre de maitrise et meubles copiés de l'école Boulle. Un hallucinant voyage dans le passé, dans l'enfance.

Après deux heures d'écoute et d'observation passionnantes, une question se pose. Que deviendra cette superbe collection, dont on ne voit qu'une partie, la cave et le grenierdes croulant aussi  sous les stocks inutilisés ? Un musée municipal ? Non, dit la dame. A Gréoux, on ne s'intéresse pas à ma collection. Mais j'ai déjà eu des propositions privées. La dernière ? Un Chinois, qui rachète tout !

http://www.museedespoupees.com/active.php

Aucun commentaire:

Publier un commentaire