lundi 6 mai 2013

Chronique littéraire : L'éternel retour, de Sylvain Tesson

Ce recueil de cinq nouvelles percutantes est une excellente façon de découvrir l’œuvre de Sylvain Tesson. Né en 1972, aventurier et explorateur français, il a traversé les parties les plus hostiles et désertes du globe à pied, à cheval, ou à bicyclette, avant de transcrire ses aventures dans des récits palpitants.

Qu'il s'agisse de la Géorgie profonde, du Dorset rural, d'un phare breton en pleine tempête, d'un lagon du pacifique ou d'un lac perdu dans la steppe russe, en quelques mots, dans un style vif et imagé, Sylvain Tesson plante le décor. Il nous immerge dans un monde inconnu, exotique, aux personnages en prise avec un destin capricieux. Les intrigues sont originales et bien menées. Les émotions et désirs des hommes restent les mêmes sous toutes les latitudes, mais ici, ils doivent compter avec le principal élément, une nature omniprésente, qui facilite ou non leurs projets, avec une force imprévisible ou immuable, quasi divine. Gare à ceux qui voudraient la braver !
L'art de la chute est parfaitement maitrisé par l'auteur. Ne vous étonnez pas de recevoir ainsi des gifles toniques, qui invitent à une médiation sur les rapports de l'homme, la nature, et l'évolution du monde.

Les nouvelles de l'Eternel retour sont extraites du recueil Une vie à coucher dehors, Prix Goncourt de la Nouvelle 2009. Les deux titres sont publiés en Folio poche aux prix respectifs de 2€ et 6€.

Chronique publiée dans le JTT du jeudi 25 avril 2013.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire