dimanche 11 novembre 2012

Soutenez la Grotte Chauvet !

La découverte, au sud de l'Ardèche, en décembre 1994, par les spéléologues Chauvet, Brunel et Hilaire, de cette grotte a bouleversé le monde de l'archéologie. Restée intacte car l'entrée était masquée par un éboulis depuis des millénaires, cette immense cavité incrustée de cristaux, jonchée d'ossements d'animaux de la période glaciaire, conservait des centaines de peintures rupestres. Les scientifiques alertés furent émerveillés par la qualité et la diversité des peintures. Leur âge ? environ 35 000 ans avant notre ère, reculant ainsi les débuts supposés de l'art pariétal. Les artistes du paléolithique ont utilisé les irrégularités des parois, les ombres, la perspective, pour donner l'illusion du mouvement et du volume, témoignant d'une technique parfaitement maîtrisée, et d'une grande connaissance du monde animal.

Pour ne pas commettre la même erreur qu'à Lascaux, où l'ouverture au public, modifiant les conditions atmosphériques, a engendré une dégradation inexorable des peintures (de 15 000 ans postérieures), la décision de fermer le site fut prise rapidement. Seuls quelques scientifiques peuvent actuellement pénétrer dans la grotte Chauvet, pour un temps très court.
Le réalisateur Werner Herzog a été autorisé à filmer l'intérieur en 3D. Il a réalisé La grotte des rêves perdus, un document où l'esthétique de l'art pariétal se mêle à la magie minérale des lieux. Stalactites, stalagmites, concrétions étincelantes, squelettes calcifiés apparaissent et disparaissent à la lumière des torches, encadrant un bestiaire de quatorze espèces différentes, mammouths et rhinocéros, chevaux et lions exceptionnels de réalisme.

Ce film, aux images superbes et émouvantes, malgré une fin discutable, aide à promouvoir un grand projet. D'une part, la construction d'un fac-similé de la grotte, pour ouvrir au public ce fabuleux témoignage des débuts de l'humanité. Les mesures au laser ont permis de réaliser une maquette totalement fidèle. L'ensemble pédagogique et culturel de grande envergure, où seront restituées l'ambiance et les peintures, financé par le département, la région, les affaires culturelles, devrait ouvrir ses portes en 2014.
D'autre part, la Grotte Chauvet-Pont d'Arc est candidate à l'inscription au Patrimoine de l'UNESCO. Une inscription qui engendrerait une renommée touristique mondiale, et donc un bouleversement économique et social dans la vallée de l'Ardèche. Un pari sur l'avenir.

Le premier obstacle, c'est que la France ne peut présenter que deux projets à l'UNESCO, et la concurrence est rude. La Grotte Chauvet n'est qu'une des candidates à la candidature.
Soutenez la Grotte Chauvet en la faisant connaître, et en signant la pétition sur son site ! Sa candidature est amplement justifiée : quel meilleur symbole du patrimoine de l'humanité que les œuvres des artistes du paléolithique ?

Et puis, l'intelligence des hommes préhistoriques au service du développement du vingt-et-unième siècle, quelle belle leçon d'humilité !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire