mardi 20 octobre 2015

Les 60 ans du site nucléaire de Marcoule

Le centre d'énergie atomique de Marcoule a été créé en 1955, au bord du Rhône, entre Pont-Saint-Esprit et Bagnols-sur-Cèze. En 1956, son réacteur a produit les premiers kilowatt-heures français d'origine nucléaire. Après un élargissement constant de ses activités, il est maintenant spécialisé dans la recherche sur la gestion des déchets radioactifs. Il accueille environ 3000 employés et 2000 étudiants doctorants de tous les pays.
A l'occasion des 60 ans du site, les familles et amis des employés étaient invités, moyennant des contrôles drastiques d'identité (photos et téléphones interdits), à pénétrer dans l'enceinte hypersécurisée. Une fois les portiques passés, une immense cité industrielle se dévoilait. Au centre, un chapiteau festif proposait une vitrine des initiatives économiques et sociales, et des animations ludiques, mais la plupart des visiteurs n'avaient qu'une envie : entrer au coeur des bâtiments où leurs proches travaillent, pour essayer de comprendre un peu ce qui s'y passe.

La visite du bâtiment Atalante était très prisée. Une rapide présentation : ici, on s'occupe de la gestion des déchets radioactifs, à la fois au niveau de la recherche théorique, de la mise en place de protocoles techniques, et de la réalisation pratique. Le procédé français est la vitrification, qui isole le déchet radioactif dans une couche de verre que les rayons ne peuvent traverser. Il fallait s'équiper de blouses et de chaussons pour parcourir d'interminables couloirs, ponctués de portes sécurisées, et entrer dans les salles de travail dépressurisées. Un univers robotisé, où les techniciens, à l'abri de parois protectrices, interviennent les mains enfilées dans des "boîtes à gants" en cas de déchets simplement contaminés, ou en dirigeant des pinces télécommandées, situées derrière un mètre de béton, en cas de matériaux irradiants.

Pour saisir quelques principes de la radioactivité, le plus simple, c'était de compléter la visite de Marcoule par une incursion au Visiatome, le musée scientifique ouvert au public à côté du site depuis 10 ans. Un lieu qui fêtait la science ce week-end, avec de nombreuses animations destinées à rendre concrètes certaines notions de physique et chimie. Les différences entre rayonnements α, β et γ, leur utilisation pour dater les corps, ou soigner les cancers... Un stand a eu beaucoup de succès auprès des enfants : l'arbre aux cristaux, ou comment une solution saline se répand le long de buvards, pour se cristalliser à l'air.
Le Visiatome est ouvert toute l'année au public, il organise visites, expositions, conférences, animations scolaires et, pendant les vacances, des ateliers scientifiques. Le thème de celles de Toussaint : l'aimant et la boussole. De quoi faire naître des vocations de chercheurs en tous domaines !

Pour en savoir plus : www.visiatome.fr

Article publié dans le JTT.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire