dimanche 2 juin 2013

Rendez-vous au jardin

Chaque année, la manifestation du premier week-end de juin permet de découvrir quelques jardins. Hier, à Alboussière dans l'Ardèche, j'ai été éblouie par un parc paysager extraordinaire.
Pourquoi extraordinaire ? Par la situation, d'abord, puis la conception originale, le travail opiniâtre et enfin la beauté du résultat.

Le lieu, le nom : Terre de Pimprenelle. On s'attend à un petit jardin féminin, léger, citadin. Et c'est tout le contraire. D'abord, il faut affronter la rude montagne ardéchoise, sur des kilomètres, avant de trouver l'endroit. Sur un vaste plateau isolé, ondulé, battu par les vents, un ensemble de bâtiments agricoles restaurés avec goût dans la pierre blonde du pays. Entouré de plus d'un hectare de terrain, où végétaux et minéraux sont agencés suivant une volonté, un investissement, hors normes.
Le concepteur du jardin n'a rien d'un doux rêveur, même s'il est animé d'une étrange folie des symboles mathématiques. D'origine lorraine, il a commencé là-bas par créer un petit jardin, vite réputé et visité. Désirant alors faire les choses en grand, il a dessiné le plan du jardin de ses rêves, avec comme règle de base le nombre d'or. Ce rapport d'harmonie sera observé dans les proportions des massifs géométriques, ellipses, spirales. Dans sa déclinaison arithmétique, les suites de nombres de Fibonacci régleront l'espacement des arbres de même nature, leur quantité, la place des éléments décoratifs. Ne restait qu'à trouver le terrain idéal.

Raphaël Benedetti a mis deux ans avant de le trouver à côté d'Alboussière. Il a organisé le déménagement de son jardin lorrain, trois semi-remorques de végétaux et minéraux. Rien par rapport à la suite, puisqu'il intégrera en tout 1200 tonnes de roches grandioses dans son parc. Son jardin a nécessité deux ans de préparatifs, piquetage, drainage, aménagement d'un ruisseau, système d'arrosage intégré, avant la plantation proprement dite d'essences rares. Mais une dizaine d'années après, le résultat est stupéfiant.

Une collection d'une centaine de ginkgo bilobas, de 37 variétés différentes, des érables de tous formats, des méta séquoias rarissimes, s'épanouissent au milieu d'autres végétaux plus classiques, charmes, fusains, hêtres, cornouillers, bouleaux, viornes. La géométrie des volumes est maitrisée par un jeu d'alternance entre  variétés naines, buissons touffus, arbres élancés.  Les harmonies entre les couleurs de feuillages sont superbes. Les massifs de pivoines, hydrangeas, roses, glycines et clématites ponctuent le décor de leurs notes fleuries. C'est un enchantement.
Le travail accompli est titanesque. Théâtre de verdure, carrière tellurique, métaphore minérale de l'histoire de l'homme, la visite avec le jardinier est riche d'enseignements, botaniques et philosophiques, et merveilleuse pour les sens.

Un jardin labellisé Remarquable par le ministère de la Culture, qu'on peut visiter de mai à octobre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire