jeudi 21 décembre 2017

Le croiseur Aurore, symbole de la Révolution d’Octobre 1917



Le croiseur Aurore est une des stars incontournables du tourisme lié au centenaire de la Révolution russe. Sur les eaux de la Neva, à Saint-Pétersbourg, parfaitement restauré, ce monumental cuirassé accueille maintenant les visiteurs avec une rigueur toute militaire.

Au matin du 25 octobre 1917, les bolcheviks contrôlaient tous les points stratégiques de Petrograd, sauf l'Ermitage, où se trouvait le Gouvernement provisoire. Les dirigeants de l'insurrection demandèrent alors à l'Aurore de tirer à blanc sur l'Ermitage. Le croiseur exécuta l'ordre, donnant le signal de l'assaut. D'où son statut de symbole de la révolution d'octobre.

Le navire entra en service en juillet 1903 sous les vivats de la foule. C'était un croiseur de 127 mètres de long sur 17m de large, pouvant atteindre les 20 nœuds (40 km/h), avec un équipage de 20 officiers et 550 matelots. Il participa à la guerre contre le Japon en 1904-1905 puis devint un navire-école. En 1914 l'Aurore intégra la flotte de la Baltique, armé de 18 canons, 3 lance-torpilles et 35 mines.

Stationné à Petrograd, (qui deviendra Leningrad), l'Aurore se retrouva au début 1917 au milieu des événements révolutionnaires. Le 12 mars, des matelots réclamèrent au capitaine la libération de trois propagandistes montés sur le navire. Pour les disperser, le capitaine et le premier officier tirèrent sur les marins. Le lendemain, les marins se mutinèrent et prirent le contrôle du navire, puis s'organisèrent en comité révolutionnaire. L'Aurore devait rejoindre le reste de la flotte, mais le commandement bolchevik qui préparait alors l'insurrection s'y opposa.

Après la guerre civile, le croiseur servit à nouveau de navire-école de la flotte de la Baltique, de 1924 à 1930. Durant la Guerre d'Hiver contre la Finlande en 1939-1940, il effectua des patrouilles contre les sous-marins. Pendant l'invasion allemande en 1941, l'Aurore participa à la défense de Leningrad, et fut gravement endommagé.

Restauré entre 1945 et 1947, utilisé pour la formation des élèves de l'Ecole navale, il devint un navire-musée en 1957. Son histoire et celle du cuirassé Potemkine (mutinerie de 1905, sabordage en 1919) ont fait l'objet de films mythiques du célèbre cinéaste Eisenstein, à l'audience internationale.
Etrangement, peu de visiteurs, sauf des étrangers motivés, visitent le croiseur Aurore. Les conditions climatiques ne sont pas en cause : à Saint-Pétersbourg, on préfère le tourisme impérial au centenaire révolutionnaire !

Article publié dans le JTT.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire