samedi 11 mars 2017

L'horloge de ma grand-mère

Avec l’exposition : 300 ans d’horloges comtoises, le Musée du Temps de Besançon propose de redécouvrir ce type d’horloges, solides et populaires, fabriquées en Franche-Comté depuis la fin du 17ème siècle. Des horloges de parquet reconnaissables à leur cadran décoré, en laiton, bronze ou émail, leur caisse en bois peint, emprisonnant le mécanisme, rouages et poids, mais laissant apparaître le balancier.


L’horloge comtoise, fabriquée surtout à Morez et Morbier, a marqué le temps dans presque toutes les fermes de France jusqu’au XXème siècle. Cadeau de mariage traditionnel, elle était un personnage à part entière du foyer, avec son tic -tac régulier, sa décoration originale, son gros meuble rassurant. Elle sonnait les heures, rythmant la vie de la maison. Les comtoises sont devenues de véritables objets de collection, prisées pour la variété de leur décoration et leur haute précision.

Elles se caractérisent par la présence de deux mécanismes, le premier pour le mouvement et le second pour la sonnerie. Ces mécanismes sont situés dans une cage en fer démontable. L'entraînement est effectué par 2 poids en fonte, la régulation est assurée par un long balancier. Abandonnée dans les années 1970, la fabrication des horloges a repris, avec une technologie et un design des plus modernes. Même le célèbre designer italien Alessi a signé un modèle !

C'est au Musée du Temps qu'est installée l'exposition "L'horloge de ma grand-mère". Dans un superbe palais Renaissance, le Palais Grandvelle, demeure d’une illustre famille de juristes franc-comtois, dont Nicolas Perrenot, né vers 1486, premier conseiller et ami de l’empereur Charles Quint. Ce musée retrace l’histoire de la mesure du temps, à travers gravures, outils, et une collection d’horlogerie unique, du sablier à l’horloge astronomique. Une histoire qui fait écho à  celle de Besançon, capitale horlogère. C'est là que l’industrie horlogère s’est imposée au 19ème siècle, valorisée à travers les Expositions universelles. L’Ecole d’horlogerie a été fondée en 1860, l’Observatoire de Besançon en 1882, les marques emblématiques Lip, Yema, Zenith ou Maty  portent la réputation d’un savoir-faire qui perdure actuellement  à travers toutes les microtechniques.

L’horloge comtoise a aujourd’hui une dimension affective et symbolique, nombreux sont les souvenirs qui s’y rattachent, c’est la pendule de grand-mère par excellence. Et en ce week-end du 5 mars, fête des grands-mères, le musée leur fait un clin d'œil en ouvrant gratuitement ses portes !

Article publié dans le JTT.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire