samedi 25 mars 2017

Chronique littéraire : Le divan de Staline, de Jean-Daniel Baltassat


1950, Atmosphère oppressante, dans la datcha géorgienne où Staline se repose. Il est alors le maitre absolu de la Russie, entouré de gardes, d’espions, de courtisans, tous obsédés par la peur d’être sur la prochaine liste d’exécutions.

Sous ses airs débonnaires de jardinier soignant ses roses, Staline joue au chat et à la souris avec son entourage. Généraux, soldats, personnel du château, tous sont à genoux, partagés entre admiration et terreur.  Même Lidia, Lidiouchka, sa belle maîtresse, qui en sait trop sur son compte. Avec elle le jeu du mensonge est subtil, Staline s’amuse à lui faire endosser le rôle de Freud, le « grand Charlatan » occidental, quand il s’installe le soir sur son divan. Et le passé, vrai ou faux, lui revient en mémoire. Presque 70 ans de vie, d’épreuves, une gloire à son apogée, la manipulation ou le massacre de tous ses proches.
Danilov, le jeune peintre que Lidia a amené au palais, avec le projet de créer une fresque géante à la gloire de Staline, de le distraire, lui permettra-t-il de rester en grâce ?

Jean-Daniel Baltassat, écrivain féru d’art et d’histoire, né en 1949, évoque avec beaucoup d’érudition les dernières années de Staline, brossant le portrait d’un tyran sanguinaire, politique rusé, mais aussi homme cultivé, seul devant ses cauchemars.

Le divan de Staline vient d’être adapté au cinéma par Fanny Ardant, avec Gérard Depardieu en Staline, et Emmanuelle Seigner dans le rôle de Lidia.
Il est disponible en poche chez Points.

Chronique publiée dans le JTT.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire