samedi 4 février 2017

On a marché sur les eaux ... du Doubs !

Le froid glacial persistant permet de petites folies, comme patiner ou simplement marcher sur les étangs, les lacs et les rivières gelés. En Franche-Comté, c’est une détente très attendue par les amateurs de nature hivernale.

Le lieu le plus spectaculaire pour marcher sur les eaux se situe dans les gorges du Doubs, entre Villers-le-lac et le Saut du Doubs. Un itinéraire sauvage entre vertigineuses falaises calcaires et forêts touffues, inaccessible sauf en bateau-mouche pendant la belle saison. La couche de glace atteint plus de 10 cm, les méandres du Doubs ne sont guère profonds, et malgré quelques craquements en surface quand le soleil chauffe, on peut s’engager sans danger dans la profonde vallée creusée par le fleuve. Quelques kilomètres sinueux dans un monde totalement sauvage, où les chamois gambadent sur les pentes. 

La promenade est cosmopolite, car le Doubs est la frontière naturelle entre France et Suisse, aussi des dizaines de promeneurs y descendent des deux côtés, dans un savoureux mélange d’accents. Un public varié : Familles traînant les enfants en luge, patineurs, hockeyeurs, attirés par cette immense patinoire à ciel ouvert, qui donne au Haut-Doubs des airs de Canada, et randonneurs  parcourant tranquillement toute la partie navigable, jusqu’à la cascade prise par les glaces. Émerveillés par la beauté de la nature et par la magie éphémère de la météo, les photographes se régalent.  Jeux de lumière entre fleuve gelé et roches polies. Forêt sombre pailletée de neige, bateaux pris dans la glace, vols d’oiseaux criards en quête de miettes de pique-nique… Et sous le ciel bleu pur, des humains joyeux.


Article publié dans le JTT du jeudi 2 février 2017.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire