vendredi 28 octobre 2016

Chronique littéraire : Profession du père, de Sorj Chalandon

C’est très difficile pour Emile, quand on lui pose cette question à l’école. Que fait son père ? Il lui raconte tant d’histoires extraordinaires, il a  eu tant d’activités prestigieuses, parachutiste, artiste de music hall, champion de judo, footballeur professionnel …
Emile voue une admiration sans bornes à son géniteur, qui ne semble pourtant guère avoir une profession réelle, et le martyrise quotidiennement. Lever en pleine nuit, pompes, coups de ceinture, de martinet, privation de nourriture, jouets cassés, Emile endure tout sans jamais remettre en question les exigences et le prestige paternels.
Le récit se passe en 1961, la guerre d’Algérie fait rage, et André, le père, affilié à l’OAS a décidé de tuer le général de Gaulle. Il envoie son fils inscrire des slogans sur les murs, porter des lettres anonymes. Emile a juré fidélité sous serment à ce père violent, il exécute les ordres sans les comprendre, sans voir le danger.

Fluet, asthmatique, sensible, Emile survit pourtant à cette enfance fracassée. Sa seule échappatoire, c’est le dessin, où il excelle. La famille vit dans un enfermement total, on ne fréquente personne, on ne sort pas. La mère supporte les brimades, les coups, elle a appris à se taire, elle ne réagit plus, elle est dans le déni total de la souffrance de son fils.
C’est seulement à l’âge adulte qu’Emile arrivera à comprendre que toute son enfance a été bercée de mensonges par un psychopathe. Les blessures sont profondes, mais l’espoir existe, il lui faudra tout réapprendre de l’humanité, dans le mariage et la paternité.

Sorj Chalandon nous livre un roman terrible sur l’enfance brisée, dans un style sobre, sans pathos, qui n’en est que plus efficace. Quelle est la part autobiographique de ce récit, alors que l'auteur a attendu la mort de son père pour le rédiger ?
Né en 1952, grand reporter à Libération de 1973 à 2007, puis au Canard Enchaîné, Sorj Chalandon est non seulement journaliste mais écrivain, ses romans poignants ont été couronnés par de nombreux prix littéraires.

Profession du père est maintenant disponible en Livre de poche.

Chronique publiée dans le JTT du jeudi 27 octobre 2016.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire