mercredi 7 juin 2017

Chronique littéraire : L’exercice de la médecine, de Laurent Seksik  

Une saga familiale passionnante, à la fois romanesque et savante, poétique et réaliste, qui, à travers l’histoire d’une famille de médecins, de Russie à Berlin, de Nice à Paris, évoque l’histoire des Juifs au XXème siècle.

Une histoire tragique et mal connue. Laurent Seksik en brosse le tableau avec verve, à travers des personnages idéalistes, portés par leur tradition familiale de médecine. Le premier est Pavel, médecin des pauvres dans la Russie tsariste et antisémite en 1905, en proie aux humiliations, violences et pogroms. Son fils Mendel, réfugié à Berlin, devenu chef de clinique, est chassé d’Allemagne après les mesures d’interdiction d’exercer et le grand autodafé des ouvrages écrits par les Juifs. Son petit-fils Tobias, survivra à Nice aux rafles nazies, qui remplaceront en 1943 l’occupation bienveillante des Italiens. Enfin Léna, cancérologue à Paris, est l’héritière de cette lignée douloureuse, marquée par la violence à chaque génération. Difficile pour elle de prendre la vie avec légèreté.

On apprend beaucoup de choses dans ce roman, en suivant des personnages très impliqués, mais chaleureux et fantasques. L’intrigue est distillée subtilement, les chapitres alternent l’histoire ancienne et la vie de Léna à Paris en 2015. Le style, simple et précis, parfois technique mais toujours accessible, ouvre la porte à l’imagination par des descriptions fouillées. Et un brin d’humour !
Un vrai bonheur de lecture.

Laurent Seksik, né à Nice en 1962, est lui-même médecin et écrivain à succès.

L’exercice de la médecine est disponible en poche chez J’ai Lu.

Chronique publiée dans le JTT.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire