jeudi 14 mars 2019

Chronique littéraire : La Fontaine, une école buissonnière, de Erik Orsenna


Un petit bijou d’érudition, d’humour, qui nous replonge dans la saveur des fables de notre enfance. 
Ce n’est pas une biographie traditionnelle, puisqu'elle présente le célèbre fabuliste avec ses maîtres, latins ou grecs, ses amis, et son époque, le XVIIème siècle. Tout cela documenté et commenté avec légèreté par Erik Orsenna. Car la vie de la Fontaine n’est pas un long fleuve tranquille. En choisissant Nicolas Fouquet comme mécène, il va suivre celui-ci dans sa chute, et Louis XIV, bien que reconnaissant son talent, ne lui versera jamais de pension. Résultat, La Fontaine fut un poète célèbre mais vivant dans la misère. Triste vie de courtisan, dixit Erik Orsenna, narquois, qui parle en connaissance de cause : il en fut un, à la cour de Mitterrand. 
Cerises sur le gâteau : les quelques fables qui terminent le récit, dont on se surprend à savoir encore quelques lignes apprises par cœur à l'école. Ainsi que l’esthétique réussie de la couverture de l'ouvrage, qui vient de sortir en Livre de poche.
Erik Orsenna, né en 1947 à Paris, est académicien, comme le fut La Fontaine. Habité comme lui par la passion de la langue française et celle de la gent féminine. Plume de Mitterrand, prix Goncourt, il a été nommé par E. Macron ambassadeur du Livre, chargé de réfléchir à l’extension du rôle des bibliothèques. Puisse-t-il réussir !

Chronique publiée le jeudi 7 mars dans le JTT.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire